"L'argent libre"

Étude d'une évolution vers une autonomie des monnaies

Voici un lien Github pour aborder le sujet avec une bonne base sur l'histoire de la création monétaire. 

Il existe une multitude de monnaies, dites MLC: Monnais Complémentaires Libres. Avant tout, elles sont très localisés et facilitent tout ce qui est circuit court. Chacunes ont leur réseaux, leur spécifité, et leur inventeurs ne manquent pas de créativité pour nous offrir une alternative à l'euro. 

WayCup étudie et construit un documentaire sur l'autonomie financière qu'offre ces MLC.

Notes de l'auteur.

Parallèlement à mes activités de réalisateur, je développe un média associatif sur les thématiques liées à l’autonomie.
J’anime des ateliers de mise en scène sur l’élaboration de vidéos éducatives pour la transmission des savoirs organisée en 5 parties: autonomie alimentaire, énergétique, sanitaire, financière, de gouvernance et technologique.


J’y rencontre des jeunes et des moins jeunes, majoritairement concernés par un retour à une terre dite nourricière, tous soucieux de retrouver les savoirs qui ont fait que l’espèce humaine s’est si fortement développée et ancrée dans l’écosystème de notre planète. Et ce, sans attendre l’aire industrielle qui telle qu’elle est partie depuis le début du 18 ème siècle, va finir par créer plus de problème de que solution.

Rapidement nos conversations mettent en évidence une problématique qui s’impose de manière inattendue avant toutes les autres :
L’argent est le moteur de la création, sans elle il est quasiment impossible de développer une activité, or il est de plus en plus difficile de s’en procurer, ou plutôt, il faut s’en procurer de plus en plus pour obtenir de quoi se développer, sinon subsister.

Je prends alors toute la mesure d’une réelle problématique que je n’avais pas envisagée dans cet ordre là. Je pensais que la question alimentaire prendrait la tête des préoccupations, mais en effet, pour gérer la question alimentaire sur 4 saisons, la question des outils et de leur coûts prends vite le dessus.

Se dessine alors progressivement le désir d’un grande enquête qui aboutirait sur ce film:
Produire et réaliser un grand documentaire de 90 minutes qui guiderait l’humanité vers d’autres alternatives que l’argent, en séparant justement la notion d’argent de celle de monnaie.

L’argent est une matière étalon formalisée sous forme de pièce ( pièce au sens d’objet) , de billet ou de ligne comptable dont la valeur est généralement indexée sur la rareté d’un minéral,  tandis que la monnaie est un outil d’échange possiblement intelligent puisque les formes et règles de fonctionnement peuvent se développer à l’infini.

Je repensais alors à cette lettre ouverte de Jean Gionno accusant l’argent d’avoir sorti les paysans de leur milieu, au sens propre comme au sens figuré, créant ce déséquilibre qui aujourd’hui nous envoie vers l’échec de notre civilisation.

Je ne vais pas développer ici toute les théories d’effondrements liées à la pollution, et tout ce qui fait que notre planète et notre espèce se voit menacé d’extinction suite au développement de l’âge de l'industrie.

Par contre, je vais me concentrer sur l’étude des monnaies, de leurs influences sur notre manière de fonctionner et d’évoluer en tant qu’espèce.

Le monde financier et le monde paysan sont belles et bien liés autour de la question de l’argent, mais est ce réellement une fatalité ? Ou en est on aujourd’hui sur la différence entre la monnaie et l’argent ?

Arrive alors la notion de monnaie complémentaire, puis alternative et c’est tout un monde nouveau qui se déroule face à nous. Il en existe déjà tout une flopée sans qu’on en ai forcément mesuré le potentiel.
Les Air-Miles constituent une monnaie alternative, les classements que les consommateurs allouent à leur fournisseur sur Amazon ou à un restaurant touristique aussi. Tout ceci crée de nouvelles richesses avec leurs pouvoirs qui en découlent.

Grâce à la créativité de l’humain, à la découverte, ou la redécouverte de monnaies alternatives, grâce également aux nouvelles solutions, autant technologiques que systémiques, nous avons désormais le pouvoir de rediriger le monde paysan vers son milieu et rendre un nouvel équilibre à notre civilisation.

Si l’argent l’a détourné de sa terre alors la monnaie peut la lui rendre et nous allons documenter le "comment".

Cet espoir est né des découvertes de tous ces acteurs de la nouvelle économie, ces amoureux de la terre, ces permaculteurs, parfois regroupés en association, la plupart du temps dotés d’esprits altruistes, lumineux et créatifs. Ce sont des chercheurs, des scientifiques, ou de simples citoyens qui par leur détermination travaillent sans relâche au service de notre nouvelle humanité. Ils développent une nouvelle manière de résonner, d’être, l’attitude “Permacole”.

Isabelle Dellanoy nous l’explique très bien dans son livre L’économie Symbiotique . Elle fait le rapprochement entre les systèmes financiers et les systèmes vivants.
Jean-François Noubel, auteur scientifique, chercheur en intelligences collectives, il vit lui même l’expérience d’une vie post argent. Il l’appel l’économie du don.

Pour la plupart, ces acteurs  sont devenus des amis, ils ont ouvert ma conscience vers un champs de possible que je n’aurais jamais osé imaginer si près de nous.

Le succès des monnaies locales complémentaires est florissant, surtout depuis la choc du covid 19. Il transforme les euros en une monnaie plus intelligente, une monnaie qui ne fonctionne que localement et selon un cahier des charges généralement lié à la préoccupation de durabilité.
Les monnaies alternative non réglementé rencontrent peut être plus de succès encore.
La principale problématique reste la même pour tous:  l’accès à la médiatisation pour une plus grande sensibilisation et une rapide évolution des comportements.

Sans explication, sans éducation il n’y aura pas d’évolution du tout. Ils sont aussi conscients que leur proposition ne constitue pas forcément la solution définitive, mais surement une transition, un marche pied pour que nos enfants continuent dans une bonne direction.

Pour ce faire, je vais interroger les personnes qui l’utilisent, celle qui les créent, celles qui étudie leur évolutions, et font naitre de nouveaux domaines de recherche scientifique.

L’étude notamment des intelligences collectives, formalisés la plupart du temps dans les réseaux sociaux par des regroupement organisé autour de centre d’intérêts communs. Mais aussi le fonctionnement des cellules d’un corps entre elles, une fourmilière, une équipe de sport.
Prenons l’exemple des Végans, ils seraient plus de 300 millions dans le monde selon Jean François Nouvel qui est lui même Végan:

"Associé à une monnaie qui respecterait cette éthique, nous pourrions assister à la naissance d’une nation: la Vegan-Nation."

Une nation uni par une monnaie avec toutes les richesses et pouvoirs qui vont avec, une nation plus grande par le nombre que les états unis d’Amérique ?

L’argent tel qu’il subsiste aujourd’hui ne serait il pas devenu un outil toxique ? Un outil dépassé, un frein pour l’évolution de notre espèce ?

Jean Philippe Hubert, et son projet MOCICA  pour un monde sans argent soulèvent aussi ces questions de fond. Il nous décrit l’ODG5 et son Organisation Démocratique Globale en 5 niveaux d’assemblées avec laquelle il propose un monde sans argent.

Et puis, au delà des questions monétaires, la question de la richesse devient incontournable.

Notre civilisation cultive t elle la bonne richesse ? Qu’est ce que la richesse dans nos cultures ?  Quelles sont les valeurs à cultiver ? Comment s’enrichir durablement ?

La monnaie telle qu’elle existe depuis l’invention de l’écriture n’est elle pas une simple projection à plus grand l’échelle du jeu de Monopoly ? Ce jeu que les scientifiques appellent "jeu à mort collective" puisqu'à la fin le gagnant se retrouve seul avec toute les richesses suite à la faillite de tout ses congénères ? Avons nous vraiment envie de nous séparer des autres, de "finir seul".

La Mutualité sociale agricole (MSA) a comptabilisé « 605 décès par suicide d’assurés du régime agricole de plus de 14 ans », indique-t-elle dans un rapport rendu public le 15 juillet 2019. N’est t il pas temps de faire une relation de cause à effet avec cette source d’énergie appelé argent et ses effets de mort collective et inéluctable ?

Sous une autre forme, l'économiste italien Vilfredo Pareto appelle cette finalité: l’effet de condensation monétaire, ou comme  le qualiticien Joseph Juran aime le nommer : "principe de Pareto".

Au Monopoly, toutes les richesses se condensent vers une seule personne déclarée le gagnant alors que finalement, il n’a gagné que le fait de posséder tous les biens disponibles et de fait perdu cette possibilité vitale pour l’humain d’échanger avec le reste des joueurs puisque ceux ci sont ruinés, hors circuit, “morts". Est ce gagner que de se retrouver seul avec tout ? Plutôt que d’avoir créer un équilibre durable et profitable pour l’ensemble des participants ?

A quoi joue t on vraiment dans notre société ? Est ce que les riches ont vraiment trouvé le bonheur ?

Nous irons interroger certains rentiers qui avec un certain recule sur leur parcours, se rendent comptent qu’ils n’ont fait que répondre à la peur d’être pauvre avant de commencer leur propre vie.

Les premières réponses à ces réflexions viennent à certains aisément. Tout ça n’est qu’une utopie, il faut un marché pour faire une société, d’où l’économie de marché.

Bien sur je souhaite aussi interroger les grands acteurs de la finance moderne, recueillir leurs avis et leurs critiques sur ce que je développe précédemment dans ces intentions de réalisation.

Et puis vient la question juridique. Notre système juridique permet il le développement de ces nouvelles monnaies ? Est il aussi possible d’en freiner le développement légalement ?

Est il envisageable de faire naitre de ce documentaire une nouvelle législation permettant de protéger le droit au développement de ces intelligences collectives en dehors des États Nation, en les protégeant du droit inaliénable d’échange, et donc de fonctionnement monétaire ? Des fonctionnements qui n’excluent pas forcément les considérations de solidarité, appelés aujourd’hui fiscalités.

Peux t on imaginer dans un avenir proche une forte répression des états sur les citoyens ayant recours à ces monnaies parallèles, ces marchés parallèles ?

Ou peut on imaginer un état ayant recours à ces monnaies pour ajouter des échelles de valeur qui vont se retrouver de véritables défis pour monsieur tout le monde et nous rendre la vie plus compliqué encore qu’elle ne l’est déjà ?

La chine est une société qui pourrait comme c’est souvent le cas en ce moment servir de "jumelle futuriste" pour aller y chercher nos réponses.
Et c’est en effet le cas. Les monnaies alternatives s’y développent et la répression aussi. Le gouvernement en profite pour appliquer ses filtres avant de distribuer ses accès à des privilèges qui n’en était pas avant.

Ce sont d’ailleurs les chinois qui ont trouvé la faille du bitcoin fondé sur la technologie blockchain, considéré comme révolutionnaire et incontrôlable. Oui mais, c’est en Chine que les plus gros serveurs informatiques se sont mis à "miner" cette monnaie dans de telles proportions qu’ils ont fini par prendre le contrôle de la valeur de cette monnaie.

Jean François Nouvel, co-créateur de AOL ( Américan On Line) avec l'introduction d’internet en France dans les années 90 développe une réponse technologique à ce défaut de fabrication de la blockchain qui ouvre la porte à la manipulation en introduisant ce qu’il appelle Holochain. Une technique de décentralisation, de distribution de la technologie avec les informations sur l’ensemble des utilisateurs de manière à ne plus pouvoir du tout la manipuler en dehors du consensus de départ. Une technique tellement décentralisé que personne n’a le contrôle de ces lignes comptables et des valeurs que la Chine semble redistribuer selon ses propres critères. L’équivalent amélioré d'un peer to peer de l’échange de film Torrent sur Internet. Il associe à Holochain sa propre monnaie, l’HoloFuel.

Je voudrais amener le spectateur à transformer son regard, à se laisser aller à cette rencontre avec ce nouveau monde qui s’offre à nous.
Je voudrais qu’il aime mes intervenants, non pas par charité, mais comme on tombe amoureux du héro d’un film dont on sait qu’il peut devenir réalité : séduit par leur courage, leur audace, leur force.

Et du coup, que nous puissions être capables de nous interroger sur ce qui nous a éloignés de ces réflexions, ce qui nous maintient à distance, ce qui nous en séparait hier et nous en sépare toujours aujourd’hui.
De sorte que nous puissions être capables de comprendre cette frontière, de l’interroger, et peut-être de la dépasser.

Parce que quelque chose a résonné en moi dans l’étude et la recherche des solutions pour acquérir plus d’autonomie, cela a réveillé un sentiment de malaise tellement intégré, tellement sourd, presque oublié, qu’il me faut l'exhumer et l'interroger.

Ce documentaire à pour vocation de défaire la camisole sociale imposée aux corps et aux esprits, de rendre le pouvoir de création à qui le souhaite et sans limite.

Le dispositif filmique est simple : je suis seule à filmer les interviews pour recueillir les raisons profondes qui leurs ont permis de synthétiser ces propositions.

C’est une étude de société, de l’homme et son évolution, sur cette "folie" qui autorise certain à se projeter en dehors des sentiers battus. 

À l’opposé d’une distance journalistique, j’établie avec mes interlocuteur une analyse plus profonde de leur nature.

Le recueil de leur témoignage se fera de manière posé comme on le ferait en situation d’analyse, mais aussi en situation concrète d’échange, de manière à lier le discours à leurs actions.

Mon documentaire illustrera en image et en illustration les propos recueillis de manière à faciliter la compréhension de tous ces nouveaux concepts.

J’envisage aussi une voix off, la mienne, sous forme de récit introspectif, livrant le parcours intérieur et intime que je ferai à mesure que le film avance.
Et comme une réponse à mes propres questionnements, d’autres voix intimes accompagneront les images pour apporter un regard collectif sur la question.

Avec ce documentaire, j’ai la sensation que quelque chose d’essentiel se joue, pour chacun d’entre nous.

Voici quelques articles et liens sur le sujet.

La graine

Monnaie de Montpellier et de l'hérault

Complémentaire à l’euro, La Graine, sur Montpellier et alentours, est une ré-appropriation de la monnaie, mais également un levier de transformation de notre consommation, de nos échanges et de notre organisation économique collective.

En effet, c’est une alternative à notre système bancaire actuel grâce à la revalorisation de notre économie locale, par la multiplication des échanges territoriaux, avec – pour maître mot – la non spéculation; une utilisation circulaire dynamique sans lien avec la financiarisation mondialisée.

Ce réseau, local et ouvert, favorise les circuits courts et valorise les Prod’actrices et Prod’acteurs soucieux de mettre en œuvre de meilleurs pratiques, en leur offrant une visibilité accrue.

Le CERS

La boussole

La Boussole du CERS indique les 4 valeurs-socle fondatrices de Just’Echanges, qui gère la monnaie CERS :

Respect et équilibre de l’humain, du local, du naturel, du culturel

4 valeurs pour 4 indications de progression, pour les professionnels comme pour les particuliers adhérents, qui reconnaissent en ces valeurs le “bon” sens pour vivre ensemble.

Chaque année, le Prod’acteur (professionnel acceptant les CERS) sélectionne un sens et une action à mener, visant à améliorer sa Boussole.

Le Consom’acteur (particulier réglant en CERS) peut aussi s’interroger et se donner des objectifs visant à améliorer ce “vivre ensemble”.

Dans tous les cas, les démarches se font en recherchant le respect et l’équilibre entre ces 4 valeurs.

Tous les adhérents signent la Charte du CERS

Adhérer en ligne

Le JEU

La boussole

Le JARDIN D’ÉCHANGE UNIVERSEL, communément appelé le JEU, est une monnaie comptable autogérée.

Monnaie : un moyen d’échange multilatéral, différé, écrit;

Comptable : dont les accords chiffrés sont inscrits dans un carnet JEU individuel;

Autogérée : administré par l’individu lui-même.

Le JEU est une monnaie souveraine parce qu’elle ne relève d’aucune autorité autre que celle des JEUeurs en cause. Il permet un échange vrai qui consiste à donner une chose et à en recevoir une autre en contrepartie. Autogéré, il fait appel à la responsabilité de chaque JEUeur. De plus, il est universel, parce que son unité de base est la minute, une valeur égale partout sur la planète. C’est une monnaie sans frontière.
Le JEU est un partenariat sans centre ni structure qui favorise l’enrichissement de la communauté et le rapprochement des individus. Ce nouveau type de monnaie a été conçu et mis en place par feu Daniel Fargeas, du Sud de la France, en 1998. Il a commencé à être utilisé au Québec, en Estrie, l’année suivante.

Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Nîmes

Téléphone: 06 95 16 17 31

Créons du lien vers les autres associations.

Association loi 1901 enregistré par la PREFETE DU GARD SOUS-PREFECTURE D'ALES sous le numéro RNA: W302019645 Siret: 907592497 00016 code APE: 9499Z